Thérapieducorps.fr - -   Énergétique Traditionnelle Chinoise   -
RSS Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

Acupression / digitopuncture / massage du ventre pour la constipation
Le Qi, qu'est-ce ?
Acupression Paris 16 ème
Des aliments bien-être ( informations pratiques )
Massage anti-stress Paris 16 ème

Catégories

Bien-être
Citations
Divers
Énergétique Chinoise
Énergétique Traditionnelle Chinoise
Les 7 sentiments
Les méridiens
Les organes
Sagesse
fourni par

Articles :

Le Taï Ji Quan

Discipline appartenant à la famille des arts martiaux internes, le Taï Ji Quan est basé sur l’exécution lente de toute une série de mouvements circulaires, coordonnées avec une respiration adaptée.




                                                 Christophe Topalian





C’est un art complet qui conditionne simultanément le corps et l’esprit, en procurant à son adepte un bien-être intérieur le mettant ainsi dans un état de quiétude totale.
Inspiré des enseignements de base de la philosophie Taoïste et de la Médecine Traditionnelle Chinoise, le Taï Ji Quan est un véritable art martial interne, mais aussi un art de vivre qui allie harmonieusement Yin et Yang, souplesse et force. 

Sa pratique permet à l’énergie interne vitale (Qi en chinois)  de circuler dans tout le corps au travers des méridiens d’acupuncture, ce qui revigore l’organisme dans son ensemble tout en augmentant le potentiel santé du pratiquant.









Ainsi, une pratique régulière du Taï Ji Quan entraîne une stimulation de tous les organes, une amélioration des fonctions respiratoires et digestives, une meilleure circulation sanguine et de celle de l’énergie ainsi qu’une tonification naturelle des muscles et des articulations sans léser les tendons et ligaments et par  conséquent en respectant l’intégrité physique de pratiquant.










La pratique régulière du Taï Ji Quan :

Apaise le cœur, calme l’esprit et détend le corps
Dénoue, renforce et assouplit les articulations
Prévient les dépressions ainsi que de nombreuses maladies d’origine psychosomatique
Permet de lutter efficacement contre le stress de la vie quotidienne
Renforce l’organisme et le système immunitaire



Séance d'entrainement :


En dehors de l'apprentissage des mouvements, postures et respirations, la pratique du Taï Ji Quan se déroule en plusieurs phases. La séance débute par des exercices d'assouplissement et de relâchement des muscles et des articulations, destinés à favoriser la circulation du Qi et appelé daoyin fa (導引法) ; littéralement technique (fa) pour entretenir (yin) la voie (dao). 

Suivent des exercices nommés yiyin fa (一引法), qui consistent en des mouvements visant à développer la sensation de coordination entre les jambes, le bassin, la colonne vertébrale et les bras qui donnent au Taï Ji Quan son efficacité martiale. C'est à cet instant qu'on apprend à engendrer une force explosive à partir du bassin, une relation entre l'enracinement des pieds et le mouvement des bras, une force propulsive par l'ondulation du dos, etc.









Vient ensuite une petite séance de qigong statique, avant de commencer l'enchaînement ou taolu (套路), encore nommé gongjia (功家) ; perfectionnement du style. Cet enchaînement se pratique à trois reprises ; une fois à vitesse normale pour corriger les mouvements, une seconde fois un peu plus rapidement pour habituer le corps à l'unité dynamique du début à la fin, et une troisième fois lentement, comme une phase méditative, pour travailler la circulation du qi. Selon les écoles et le niveau, l'enchaînement comprend entre 24 et 108 mouvements.

Au terme des enchaînements, viennent les exercices à deux. La première forme, tuishou (推手), consiste à apprendre à sentir la force et les mouvements d'autrui en poussant puis absorbant avec les mains. Quand la sensation se développe on apprend à projeter le partenaire avec sa propre force, comme en aïkido. La seconde forme, sanshou (散手), est une forme de combat libre qui met en application les mouvements du Taï Ji Quan. 

Dans les deux cas la pratique doit solliciter souplesse et détente, en gardant toutefois une certaine vigueur, une synchronisation de la respiration et l'esprit en unité avec le bas-ventre.La séance se termine par du daoyin fa, pour détendre le corps et les articulations — parfois un peu de qigong pour continuer la stimulation du qi engendrée par la pratique — , puis une phase de méditation sous différentes formes. L'école Yang pratique celle de l'arbre, une méditation debout qui développe l'enracinement.



Les huit pièces de brocart :


Les baduanjin(八段錦), huit pièces de brocart, sont une série d'exercices de QI Gong préparant le corps à la pratique du Taï Ji Quan. Le but est d'ouvrir les trois portes (sanguān 三关), c’est-à-dire dénouer les épaules, la taille et les hanches afin de faciliter la circulation du qi. Popularisés par le général Yue Fei au xii siècle pour entretenir ses troupes, ils évoquent le brocart, longue étoffe de soie brodée portée par les nobles, et symbole de bonne santé. 

Ils enchaînent huit mouvements aux noms évocateurs : soutenir le ciel par les mains, bander l'arc et viser l'aigle, séparer le ciel et la terre, la chouette regarde vers l'arrière, l'ours se balance, toucher les pieds des deux mains, serrer les poings, ébranler la colonne de jade. Les premières traces écrites de ces exercices peuvent se retrouver dans des textes de l'époque Song, le Dao Shu (道枢) et le Yijian Zhi (夷堅志).


Le grand enchainement :

Le grand enchaînement ou « forme longue » se compose de 80 à 108 mouvements (selon la façon de les décompter des différentes écoles) qui simulent un combat contre un adversaire imaginaire. Il s'exécute très lentement.





IMPORTANT :


J'attire l'attention des visiteurs de ce site sur le fait que les informations données, les pratiques décrites ou une éventuelle séances en énergétique traditionnelle chinoise, ne doivent en aucun cas avoir pour effet de retarder ou annuler une consultation auprès d'un médecin généraliste ou spécialiste qui seul peut établir un diagnostic, déterminer un traitement, prescrire la prise de médicaments ou encore décider de l'arrêt d'un traitement.Les séances au cabinet visent à un bien-être global ( corps et esprit ). Si vous êtes concerné par une rééducation auprès de votre masseur-kinésithérapeute,il conviendra également de veiller à son suivi.Les séances prodiguées au sein du cabinet n'ont pas vocation à soigner les maladiesmais à apporter confort, bien-être et relaxation.

0 commentaires pour Le Taï Ji Quan :

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment